J'accepte

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. Ces Cookies permettent de suivre votre navigation, actualiser votre panier, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion.

KAFKA, LA VOIX D'UN ENFANT

19,91 €

Le livre de Daniel Hurvy est, sans doute aucun, une avancée majeure dans la compréhension de l’œuvre de Kafka, dont nous célébrons cette année le quatre-vingt-quinzième anniversaire de sa disparition.Cet essai est illustré de dessins de Franz Kafka qui, comme des miroirs, renverront le lecteur à ses propres interrogations.

Plus de détails

payment logos

Le château, « personnage » central du roman de Kafka, que chaque lecteur est tenté d’identifier, selon sa sensibilité, et, le cas échéant, selon les concepts de sa discipline, comme représentant une instance, une fonction, un ordre, ou encore comme un symbole, une allégorie ou une métaphore, ce château, d’abord invisible, est donc, en premier lieu, une figure du vide… D’un vide qui, d’entrée, se donne comme béance et mystère.


Dès les premières pages de ce roman, une autre remarque frappe Daniel Hurvy, l’auteur, et donne accès à une dimension surprenante, sans doute négligée, de l’univers de Franz Kafka. Celle d’une insistante présence enfantine dans l’ensemble de ses écrits, romans, nouvelles, fragments, correspondance et journal, qui forment un tout, indissociable.
Et cette présence est triple : présence de l’enfant comme personnage de fiction, de l’enfance comme soubassement et mémoire de l’écrivain, et de l’infantile comme ensemble des modes de pensée des enfants.
« Nous n’avons pas d’adolescence » affirme le narrateur du dernier écrit de Franz Kafka, avant de préciser que passer ainsi sans transition, sans métamorphose, de l’enfance à l’âge adulte implique une « vieillesse prématurée » et une « puérilité » définitive.
En quoi l’enfance est-elle indépassable ?
Quelle est la place des enfants s’ils le sont pour toujours ?
Quel sort leur fait-on ?
De quoi ne peuvent-ils se dégager ?
En quoi les attitudes des parents sont-elles déterminantes dans leur devenir ?
Ces questions hantent Franz Kafka, à son propre sujet. Elles sont posées en bien des endroits dans ses écrits. Elles tressent le fil conducteur de cet essai.
Et c’est ainsi qu’une accumulation désordonnée émane tout d’abord de l’œuvre de Franz Kafka. Nouvelles inachevées ; romans dont le début et la fin n’en sont pas ; textes de genre indéfini ; écrits fragmentaires ; correspondance privée intense, parfois torrentielle ; un Journal discontinu et hétérogène…
Kafka crée un monde mouvant et instable, où construction et destruction sont intriquées car il est l’auteur et le fossoyeur de son œuvre : « Je suis ma propre pierre tombale ».
Écrivain qu’il a entrepris d’être à l’adolescence sans que cela lui permette pour autant d’échapper aux angoisses infantiles.
Son œuvre est la voix d’un enfant.

Daniel Hurvy

Psychiatre et psychanalyste, notamment à l’institut Montsouris à Paris, Daniel Hurvy est un grand connaisseur de la vie et l’œuvre de Franz Kafka.
Le monde de l’Adolescence est un des thèmes essentiels de ses travaux
Daniel Hurvy est aussi l’auteur de « Primo Levi et la question du meurtre » dans l’ouvrage collectif La résistance de l’humain. Il est aussi un grand contributeur, souvent en partenariat avec le Docteur Maurice Corcos – autre auteur de L’Esprit du Temps – de nombreux articles dans les revues « Carnets psy », « Revue française de psychanalyse » et « Bulletin d’information du quatrième groupe ».

Auteur Daniel Hurvy
Format 14 x 21 cm
pages 172
Couverture Broché
Editeur L'Esprit du Temps

Produits associés

Produit ajouté au comparateur